04 mai 2012

La Chine envisage de laisser partir le militant Chen Guangcheng à l'étranger

La Chine envisage de laisser partir le militant Chen Guangcheng à l'étranger

PEKIN — La Chine a annoncé vendredi que Chen Guangcheng pouvait déposer une demande pour aller étudier à l'étranger, ouvrant peut-être la voie à une résolution de l'imbroglio autour du militant des droits civiques qui s'était réfugié à l'ambassade des Etats-Unis.

L'affaire de cet avocat aveugle pourfendeur des avortements forcés a provoqué une crise dans les relations entre les Etats-Unis et la Chine, réunis vendredi à Pékin pour le deuxième et dernier jour de leur "dialogue stratégique et économique" annuel.

"S'il veut étudier à l'étranger, il peut en tant que citoyen chinois et comme les autres citoyens chinois, déposer une demande auprès des autorités compétentes par la procédure habituelle", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Liu Weimin, sur le site internet du ministère.

Chen a déclaré vendredi à l'AFP qu'il était "en grand danger". Il a ajouté espérer que "le gouvernement (chinois) va honorer les engagements signés entre la Chine et les Etats-Unis pour garantir (ses) droits de citoyen".

"Cela ne sert à rien d'en parler, mais ma situation est très, très critique", a-t-il estimé en ajoutant que les autorités "ne laissent pas entrer les membres de l'ambassade" des Etats-Unis à l'hôpital pour lui rendre visite.

Un peu plus tôt, Chen Guangcheng s'est adressé directement par téléphone au Congrès américain qui tenait une audition sur son cas en appelant sur son téléphone portable un militant associatif, Bob Fu, qui participait à la réunion.

M. Fu, qui préside l'association China Aid, a placé son téléphone derrière un micro et la voix de l'opposant chinois, parlant depuis sa chambre d'hôpital à Pékin, a retenti dans la salle.

Le militant, avocat autodidacte, a expliqué qu'il souhaitait obtenir la liberté de voyager afin de pouvoir aller se reposer aux Etats-Unis. Il s'est dit très inquiet pour la sécurité de sa mère et de son frère, restés dans son village du Shandong (est), dont il n'a pas de nouvelles.

"Ma femme est sortie ce matin, mais elle a été suivie et filmée. Je pense qu'il y a de gros problèmes" car "je ne peux pas voir des responsables de l'ambassade des Etats-Unis. Je ne les ai pas vus depuis avant-hier (mercredi)", a expliqué Chen Guangcheng à l'AFP.

"Je sais qu'il y a de nombreux journalistes à l'extérieur, mais ils ne leur permettent pas d'entrer", a-t-il encore déclaré.

Chen se trouve hospitalisé à Pékin pour une blessure au pied -- stigmate de sa fuite le 22 avril de sa maison très gardée.

Un avocat chinois venu lui apporter son soutien, Jiang Tianyong, a été emmené par la police jeudi soir et battu de telle sorte qu'il "est maintenant sourd d'une oreille et n'entend presque rien de l'autre", a déclaré à l'AFP son épouse, Jin Bialing.

Champion de la lutte contre les avortements forcés, l'avocat s'était réfugié à l'ambassade des Etats-Unis la semaine dernière après s'être évadé de résidence surveillée.

Il avait quitté la mission américaine mercredi, ayant obtenu des assurances pour sa sécurité et celles de ses proches en Chine.

Mais après ses retrouvailles avec son épouse et ses amis, Chen a ensuite déclaré qu'il voulait quitter son pays.

"Je n'ai pas soulevé la question de l'asile politique. Je veux juste quitter" la Chine, a-t-il déclaré vendredi.

Chen Guangcheng a par ailleurs expliqué à la chaîne de télévision américaine CNN que des gardes armés avaient installé des caméras à l'intérieur de sa maison du Shandong et qu'il ne pourrait plus jamais s'en échapper s'il devait y rentrer.

Un de ses amis, Guo Yushan, a également rapporté que l'avocat aveugle n'envisageait pas de demander l'asile.

"Guangcheng n'a jamais dit aux médias qu'il voulait l'asile politique. Il a seulement dit vouloir aller aux Etats-Unis pour se reposer durant quelques mois", a indiqué M. Guo sur un microblog qui a ensuite été effacé, apparemment par la censure.

Il n'a pas changé d'idée", a ajouté Guo Yushan, qui avait été brièvement détenu pour avoir aidé Chen dans son évasion.



Commentaires sur La Chine envisage de laisser partir le militant Chen Guangcheng à l'étranger

Nouveau commentaire